Saluuuuuut!

Il y a toujours quelqu'un?


Connais-tu cette sensation de sortir la tête de l'eau quand tu as failli mourir noyée?
C'est moi....

Sans suspens, la vie avec Vanille a été un enfer jusqu'à ce début d'année scolaire.
Elle a pris de plus en plus de drogue. Elle a pris un appartement. Elle a abandonné ses études 3 mois avant de passer son BTS. Elle est sortie avec un dealer de coke qui a défoncé son appart. Le même connard l'a frappée quelques semaines plus tard. Elle n'a rien fait jusqu'en septembre. Vautrée sur le canapé du matin au soir. Elle est souvent allée chez sa nouvelle meilleure amie. Donc j'ai appris récemment que le mec était dealer de LSD lui et qu'il se faisait livrer chez sa nana.

C'est un miracle que Vanille ne soit ni enfoncée définitivement dans la drogue dure, ni en prison.

Je n'ai pas dormi pendant 1 an.
AUCUNE nuit complète.
Je commence à peine depuis quelques jours.

Je pense que je vais avoir besoin d'en reparler de temps en temps. Parce que un an d'anecdotes noires, ça laisse des traces.
Je te jure que je ne souhaite ça à personne. Même pas à quelques connasses de mon entourage.
Je crois que le pire (car il y a toujours un pire, même dans la merde ultime...), ce sont donc les deux fois où elle m'a appelée en crise de larmes. Une fois pour l'appartement saccagé. Une fois pour les coups. Tu sais, quand ta fille hurle au téléphone quand tu décroches "mamaaaaaaan" en pleurant, crois moi, crois moi bien, tu meurs un peu dedans.
Depuis, (les coups c'était en juin dernier), je pense que je suis en stress post-traumatique. Dès que son prénom apparaît sur mon écran de téléphone, je panique. Je dis "allo?" avec la voix qui tremble.

J'ai dit en préambule "depuis ce début d'année scolaire".
Parce que oui, ça va.
Vanille ne cotoie plus la bande de camés. Elle a commencé un nouveau BTS dans un institut privé juif (nous ne sommes pas juifs) dans lequel elle se sent très bien. Protégée. Elle a de très bonnes notes. Elle repasse son permis le 20 octobre. Elle a même trouvé un petit boulot (caissière 10h / semaine) pour se payer ses sorties. Ha oui, et elle a réintégré la maison. Mais ça c'est depuis avril, depuis que l'autre connard a tout pété chez elle.

Je suis un peu cassée par tout ça, tu imagines bien.
Fragilisée au moins.
Ebréchée. Oui bien ébréchée.
Surtout que ni le père de Vanille, ni Chris ne m'ont aidée. Pire même.
L'ex a vu sa fille environ une fois par trimestre. Il habite à 5km.
Chris l'a mise plus bas que terre. Allant jusqu'à lui dire "Même ton père ne veut pas de toi."
Vanille retourne chez son père 1 fois tous les 15 jours depuis la rentrée. Et Chris et elle pactisent depuis cet été.
On a même parfois vécu une bonne ambiance.

Chris et moi ne nous sommes pas vraiment remis de tout ça.
Nous ne sommes pas séparés mais je ne donne pas cher de notre couple.
En attendant d'avoir le courage de nous quitter, et comme il ne supporte pas la façon que j'ai d'élever mes filles, nous avons pris un petit appart dans lequel il va du lundi au mercredi inclus. Ce luxe est une soupape. Mais bon, se sentir mieux loin l'un de l'autre est rarement bon signe...

Que te dire d'autre?
Que Capucine va bien. La garde alternée lui a permis d'être plutôt épargnée. Je pense même hélas qu'elle était bien mieux chez son père que chez nous.
Que j'ai arrêté de fumer. Oui. Pendant la pire période de ma vie. Ca fait 18 mois. J'ai pris 10 kilos. Je ne me suis jamais sentie aussi moche. Mais j'imagine que la distance entre Chris & moi n'arrange pas cet état de délabrement d'auto-satisfaction.
Que j'ai quitté mon boulot pour monter ma boîte. Oui. Pendant la pire période de ma vie. Et je constate chaque jour que c'était une merveilleuse idée. Ca marche plutôt bien. Je suis sereine. Aucune angoisse.

Il est évident que je suis bien meilleure entrepreneuse que mère et/ou femme.

Alors hauts les coeurs!
Le moche est derrière. Le tout pourri qui pique les yeux.
Je pleure quand même TOUS les soirs et TOUS les matins de ma vie depuis 1 an. Mais c'est parce que je suis fatiguée. Et aussi parce que j'ai peur que ça recommence. Et que si Vanille replonge, je plonge avec. Je n'aurai pas le courage de revivre tout ça.
Les RVs dans des centres anti-drogues glauques avec des assistantes sociales qui me disent qu'un enfant qui se drogue a forcément des problèmes familiaux.
Les nuits entières à envoyer des SMS à tous les camés dont j'ai pu récolter les numéros au fur et à mesure, pour savoir où était ma fille.
La prise de sang imposée par moi pour dépister coke & MDMA dans le sang de ma fille, et le regard méprisant de l'infirmière.
Les SMS de l'ex de Vanille qui, pour se venger de s'être fait plaquer, m'envoyait des "elle continue à prendre de la coke!" ou "elle me doit 500 euros!"
Ouvrir l'appli du journal local le matin en espérant très très fort ne pas lire que cette nuit, une gamine de 20 ans est morte dans une bagarre ou d'une overdose....
Ne pouvoir en parler à presque personne....
Me mettre tellement en colère après elle que je l'ai frappée et qu'elle a saigné du nez.
Tomber par terre de chagrin en voulant crever d'avoir fait saigner mon enfant....
Apprendre des mois plus tard qu'elle était tellement défoncée ce soir là que le saignement était normal.
Ne pouvoir raconter ça à personne....

Allez!
Hauts les coeurs on a dit!