Voilà voilà....
Ce silence sur le blog n'a pas hélas été dû à un gain au loto suivi d'un tour du monde pour fêter ça.
Comme à chaque délicieuse nouvelle dans ma vie, il m'a fallu le temps de digérer cette sale période avant de venir te la raconter.
Non pas que tout aille mieux, mais quand même si. Un peu. Un tout petit peu.
Je vais la jouer chronologique et je ne sais pas encore si le petit mieux va me donner un peu de recul. Voir de déconne.

DONC!

Un soir de fin août, alors que nous sommes chez des copains, Vanille est à la maison avec 4 copines.
Vers minuit, peu avant notre retour, je reçois un SMS de ma fille disant "on est chez les voisins de derrière, ils font une soirée et ils nous ont invité."
Les voisins de derrière ne sont pas les cons, mais la maison d'à côté. Ces gens ont deux garçons: Niko et Jérémie, âgés de 19 et 22 ans.
Nous habitons tous ici depuis 15 ans et Vanille ne les a JAMAIS fréquenté.
A peine si elle les connaît.
Mais ce soir, ils sont venus sonner pour voir si on avait des gobelets. Ils ont vu les filles, et ils les ont invitées.

A cette soirée, Vanille rencontre Maxime. Ils s'embrassent.
Maxime est un autre voisin. A quelques rues.

Ma fille est vite amoureuse.
Je rencontre le Maxime. Il est beau comme un ange, très poli et très gentil.

Pendant un mois, toute cette bande inconnue jusque là devient le quotidien de ma fille.
Tous les soirs, ils se retrouvent sur la place devant chez nous.
Je passe un peu pour la mère nazie puisque j'oblige Vanille à rentrer à la maison à 22h. Eux restent toujours tard.
Maxime est en alternance de je ne sais pas quel diplôme et bosse dans un hôtel pas loin de chez nous.
La seule autre fille habite en face et est en fac de sport et a genre 4h de cours/semaine car elle a raté sa 1ère année.

Je ne suis pas fan de cette petite bande, même si ils sont tous très gentils, souriants & polis. Tous de familles aisées et unies, du moins en apparence.
En fait, je n'aime pas qu'ils passent leurs journées & leurs soirées sur cette place.
Vanille ne voit plus qu'eux. Et sa meilleure amie. Heureusement.
Ma fille ne sort plus en ville. Elle est in love.

Elle a bientôt 19 ans et commence son BTS en alternance dans cette grosse boîte. Ca se passe très bien alors c'est un peu tout ce que je lui demande.
Elle est inscrite au code et n'y va jamais.
Elle refuse d'aller chez son père.
Mais elle assure niveaux études alors je m'en contente. Même si je râle.

Début octobre, nous allons passer le we chez mes parents dans l'Aveyron.
Vanille ne veut pas venir et me supplie de la laisser seule à la maison.
J'hésite j'avoue et puis que je craque. Elle bosse tous les jours alors que jusqu'à présent elle ne foutait rien. Elle ne veut pas quitter son mec. Je comprends et nous partons avec Capucine.

Elle me demande si elle peut organiser une petite soirée à la maison. Je dis oui, mais une petite hein. Je pense qu'il n'y aura que la petite bande de la place.
Quand nous rentrons le dimanche soir, la maison est impeccable!
En apparence.
Je découvre des trucs cachés comme de la grenadine dans des tiroirs ou du carrelage dans le jardin (?).
Vanille est crevée, énervée, distante.
Chris est fou de rage quand il découvre que des gens ont dormi dans notre chambre. On s'engueule très fort. Je trouve qu'il exagère. Lui trouve que je cède tout à Vanille. Capucine pleure. Vanille part dormir chez Maxime.
Super soirée....

Le lendemain, ce sont les vacances et je ne travaille pas pour rester avec Capucine.
Vanille doit aller bosser.
A 8h, je lui envoie un SMS disant "viens t'habiller et je t'amène si tu veux!"
Elle ne me répond pas et vers 9h je reçois "je n'y vais pas, je suis malade."

Je HURLE! Enfin, j'écris en majuscule par SMS.
TU BOUGES IMMEDIATEMENT ET TU VAS BOSSER!
Elle ne me répond pas, je suis ivre de rage.
Quand elle arrive enfin, vers 11h, je suis en train de nettoyer la terrasse qui est pleine de cendres. Mais genre pleine.
Elle entre et.... je ne reconnais pas ma fille. Elle est échevelée, mal habillée, pas maquillée.
MA fille qui est toujours en mode parfaite et ne supporte pas de sortir sans mascara.

Je hurle, je crie, je la frappe même quand elle me dit "mais tu es conne ou quoi?"

Elle s'enferme dans sa chambre.

S'ensuit une semaine très...bizarre.
Vanille va bosser mais se couche tôt, parle peu. S'excuse en boucle mais ne me dis pas grand chose.
Un soir en rentrant du boulot elle fond en larmes en me disant qu'elle en a marre de tout.
J'apprends qu'elle a été débordée par cette soirée. Que des gens, amis des voisins sont venus et qu'ils ont un peu foutu le bordel.
Je ne dis pas un mot de tout ça à Chris.
Il a pété un gros câble pour l'histoire des corps inconnus dans notre lit, alors je n'ose pas imaginer pour les cendres, la sèche du boulot etc....

Le samedi soir, suivant, nous allons diner chez des copains. Vanille est chez Maxime. Capucine est chez son père. (Où elle doit se sentir tellement bien tellement l'ambiance est pourrie chez nous.)
Chris et moi sommes en froid intégrale.
Il va se coucher dans la chambre d'amis sans un mot.
Je vais dans notre chambre et je me sens tellement mal.
Il est 2h du matin et soudain, l'illumination. Le putain de flash!
Vanille s'est droguée.
Toute sa nouvelle petite bande d'amis écoute de la techno à fond toute la journée et sortent dans LA boîte techno.
J'envoie un SMS à Vanille disant "tout ça est trop bizarre. Dis moi la vérité.Viens me voir quand tu arrives, il faut qu'on parle."
Et je ne dors pas de la nuit.
Je fouille le net.
L'angoisse, terrible monte.
A 7h30, elle arrive (Maxime bossant ce dimanche) et s'assoit dans le lit à côé de moi.

Et elle me dit tout.

Tout...

Lors de la soirée, elle a pris de la MDMA. Son mec en prend régulièrement. Les voisins aussi.
On parle pendant 2h.
Niko est le petit dealer du quartier. Il se fournit chez S.(que j'ai déjà vu sur la place et qui a une vraie tête de méchant de films...) qui est un plus gros dealer. S sort avec M qui est une nana que je vois parfois traîner et qui prend de la coke, de la MD, de tout.
Dans la boîte où ils sortent, ça dealent à mort sur le parking. Et Vanille les accompagne parfois."Ca fait un peu peur" me dit-elle.
Mon monde s'écroule.
Ma gamine est excitée quand elle me raconte tout ça.
Parfois je pleure.

Que faire?
Je décide d'une stratégie.
L'après-midi, je chope sa meilleure amie (qui n'en prend pas....) et je lui demande de m'aider. Que tout ça est beaucoup trop dangereux et que si jamais Vanille en reprend, il faut que je le sache. Elle me le promet.
Je chope Maxime. Je lui fais croire que je crois qu'il ne prend rien mais qu'il faut qu'il protège Vanille. Il me jure que si elle en reprend il la quitte.
Petit con va....
Sans toi elle n'aurait rien pris....

Je suis toujours seule avec tout ça sur le coeur & le ventre.

La semaine suivante, Vanille & moi en parlons non-stop.
Je lui imprime de la doc, je l'oblige à lire des témoignages sur des forums, je la préviens que si elle en reprend je dénonce le voisin aux flics, j'appelle Drogues Info Services et je commence à en parler à quelques amis. Qui me font du bien.
Le pire moment de cette période est lorsque, alors qu'elle est dans son bain et que nous parlons encore & toujours de ça, elle fond subitement en larmes en me disant "mais tu sais bien que je ne peux plus en prendre, sinon Maxime me quitte!"
Je bafouille "mais il faut que tu ne VEUILLES plus en prendre! Pas que tu ne PUISSES plus!"

Vanille est punie pendant un mois de recevoir qui que ce soit à la maison. Officiellement à cause de la fiesta.
Parallèlement, je mets des règles plus strictes en place:
- 19h à la maison en début de semaine.
- Interdite de la fameuse boîte pendant une période indéterminée.
- Une seule soirée par we.
- 2h de cours de code par semaine obligatoires.

Je retrouve petit à petit ma fille.
Mais je ne peux pas la priver de tout. Je ne lui fais aucune confiance. Je surveille tout. Je l'amène et vais la chercher au taff pour être certaine qu'elle y va.
Et je lui parle. Des heures.
Elle aussi me parle. Et commence à me dire qu'elle va demander à Maxime d'arrêter.

Un soir, alors que je sens une crise d'angoisse monter, je vais voir Chris qui fait un poker sur son Mac.
- Je peux te dire un truc qui me pèse énormément. Mais j'ai besoin que tu restes calme et que tu m'écoutes.
- Essaie toujours.
- Non, je n'essaie pas. Je veux être certaine de ton soutien et de ton calme.
- Non.

Ce soir là, j'ai pleurer non-stop pendant des heures.

Je me suis enfin décidée à en parler à son père. Qui a réagi comme il le fallait. Pendant quelques jours. Je lui demandais de la fermeté, le seul truc qu'il a fait a été de lui annoncer que dorénavant elle paierait son forfait de téléphone.
J'ai mis en place une obligation d'aller chez son père du dimanche au mardi une semaine sur deux. Avec interdiction de sorties. Le 1er dimanche, il a craqué et l'a laissée sortir en me disant "j'ai peur qu'on la perde...."

Je me sens abandonnée de tous les côtés.

Un lundi soir, alors qu'elle est chez lson père, elle m'appelle en larmes. Maxime vient de lui envoyer un SMS disant "je veux qu'on se voit moins."
Je console mais je jubile.
Qu'il la quitte merde!
Hélas, deux jours plus tard, il l'appelle en pleurs. Il était en pleine descente. Car à une soirée (à laquelle Vanille n'était pas), il a pris 7 paras. 7 paras c'est énorme.
Vanille m'apprend que le lendemain, il a eu des hallus, des palpitations, qu'elle a eu très peur.
Ils décident de ne pas se voir pendant qu'il est en bad comme ça.
J'essaie de faire comprendre à ma fille qu'elle ne sera jamais heureuse avec lui.
Peine perdue. Elle l'aime. Il lui a promis d'arrêter après le 16 novembre, date à laquelle il va à un festival à Montpellier.

J'avoue, j'ai vraiment souhaité qu'il se défonce comme un porc à cette soirée.
Qu'il revienne en plein délire. Qu'il reste scotché même. Et qu'il laisse ma fille.
Hélas il est revenu in love....

Aujourd'hui, je commence à un peu croire Vanille quand elle me dit qu'elle n'en reprendra jamais.
Maxime lui a dit hier qu'il était accro mais qu'il allait arrêter pour elle. Je n'y crois pas une seconde.
J'ai fini par tout raconter à Chris qui a mal réagi mais sans incidences néfastes comme je le craignais.
Il en a parlé à pleins de gens et ces gens ont su lui dire des choses qui l'ont fait réfléchir sur la dureté de ses réactions.
Aujourd'hui je maintiens le lien avec ma fille. Je surveille, je checke, je fouille, je parle, j'écoute et j'attends.
J'attends que cette histoire se termine pour pouvoir reprendre ma respiration.

Et, comme je m'y attendais, je suis incapable d'avoir un seul moment de déconne sur cette histoire.